La Santé Sexuelle et Reproductive


Les Politiques de la Santé Sexuelle et Reproductive

Un large éventail d’engagements et d’accords internationaux et régionaux existent, reconnaissant explicitement les droits des adolescents et des jeunes dans l’accès à l’information et aux services de santé sexuelle et reproductive (SSR). Toutefois, ces traités qui établissent des normes pour les droits de l’Homme sont très larges. L’expérience montre que beaucoup de ces engagements sont toujours bafoués en raison de lacunes dans les politiques, le manque de budgets adéquats ou de structures de suivi en place, entre autres. Souvent, l’adoption est lente et la mise en œuvre n’est pas systématique ou harmonisée.

Les Défis dans les Services de la Santé

L’accès, l’utilisation et la disponibilité de la contraception sont généralement faibles dans la région. Beaucoup de jeunes ayant besoin de contraceptifs ne les utilisent pas et / ou certains les utilisent de façon incohérente ou incorrecte. Il y a des risques élevés pour la santé pour les adolescentes enceintes y compris des taux plus élevés de mortalité maternelle. Malgré les lois restrictives sur l’interruption de grossesse dans la région, un grand nombre de jeunes femmes ont tout de même accès à ces services. Souvent, ceux-ci sont dangereux et entraînent des complications de santé à long terme voire même la mort. En outre, les jeunes vivant avec le VIH sont confrontés à un certain nombrede défis supplémentaires, comme l’accès au traitement du VIH, les manquements à la confidentialité, la stigmatisation et la discrimination. Leurs droits à l’accès à l’éducation et à l’emploi ne sont pas toujours reconnus.

 

POURQUOI DES SERVICES DE SANTE SEXUELLE ET REPRODUCTIVE?

Afin d’exercer pleinement leur droit à la santé, y compris la santé sexuelle reproductive (SSR), les adolescents et les jeunes doivent avoir un accès effectif, abordable et acceptable à une gamme de services. Certaines interventions clés comprennent les services liés à la grossesse, à la prévention du VIH et des MST, au dépistage et au traitement :

  • La contraception moderne (préservatifs masculins et féminins, contraception hormonale telle que la pilule ou les injectables, les implants, les dispositifs intra-utérins (DIU) et les diaphragmes) ;
  • L’avortement (lorsqu’il est légal) ;
  • Les soins post-avortement ;
  • Les soins et les services relatifs à la grossesse ;
  • La prévention de la transmission du VIH à l’enfant par la mère ;
  • La fiabilité de l’accouchement et les soins post-partum ;
  • La circoncision masculine médicale volontaire ;
  • Le test, le diagnostic et le traitement des MST ; et
  • La confidentialité des test, les soins et les conseils pour le VIH.

PRÉOCCUPATIONS LIÉES

FACEBOOK

Wonderful to have young reporters asking their questions to our high level panelists today at @UNESCO #UNESCO dialogue hosted by South Africa's Dept of Basic #Education on scaling up #comprehensivesexualityeducation #CSE #CSENOW #YouthSRHNow Children's Radio Foundation #SaveTheChildren

[Photos by Czerina Patel]

Unesco Regional Office for Southern Africa
... See MoreSee Less

Group photo of some following today's UNESCO High Level Policy Dialogue on #comprehensivesexualityeducation hosted by the Department of Basic Education in South Africa ! #ESACommitment #YouthSRHNow #CSENow #sexualityeducation #knowledgeispower

[Photos by Czerina Patel]
... See MoreSee Less

‪#UNESCO Regional Director of #EastAfrica Ann Therese Ndong-Jatta & #Sweden Education Minister Gustav #Fridolin on SAFMNews Channel 404 this morning talking about the urgent need for govts to commit to #comprehensivesexualityeducation #CSE #CSENow #YouthSRHNow‬

[CP]
... See MoreSee Less

TWITTER

Twitter has returned errors:

  • “Rate limit exceeded [error code: 88]”

More information on errors that have codes here.